Rencontre avec la comédienne Sarah-Jeanne Labrosse
The Handbook / People / Entrevue avec Sarah-Jeanne Labrosse

Entrevue avec Sarah-Jeanne Labrosse

Rencontre avec la comédienne Sarah-Jeanne Labrosse

Words— Yang Shi

Inspirée par son style unique et son parcours dans le monde du tennis, ​La coupe par Sarah-Jeanne met en vedette 13 pièces d’inspiration sportive aux allures rétro, à la fois colorées et urbaines.

 

Dans le cadre de notre entrevue, Sarah-Jeanne parle du processus créatif derrière la conception de sa première collection, de mode durable et explique l’importance de redonner à la communauté locale.

 

 

Pourrais-tu nous expliquer le processus derrière la conception de ta collection ? Quelles sont tes inspirations ? Quelle pièce trouves-tu la plus réussie ?

 

Ethan, un des fondateurs de Frank And Oak, m’a approchée pour potentiellement faire une collaboration. Il m’a donnée carte blanche et j’avais considéré faire une collection de ceinture au début. Après y avoir bien réfléchi, je suis plutôt arrivée avec l’idée de faire une collection inspirée par le sport, car c’est un aspect très important dans ma vie et je dois beaucoup ma façon de penser au tennis. J’aime aussi porter des pièces qui y réfèrent même dans des contextes non-sportifs.

 

La pièce que je trouve la plus réussie, c’est la paire de short. Les shorts sont un peu plus longs et confortables que la norme et peuvent être portés de façon chic ou sportive. Mais l’anorak c’est vraiment un fantasme pour moi et je suis très fière d’avoir dessiné ce modèle en particulier, car je sais que je vais le porter très souvent.

 

 

 

 

 

La mode joue-t-elle un rôle important dans ta vie ? Si oui, comment ?

 

Depuis que je suis petite, j’ai toujours aimé m’habiller comme bon me semble même si c’était trop pour le contexte. Des fois, j’arrivais too much à l’école ou j’arrivais underdressed quelque part d’autre. Ma mère était vraiment bonne pour m’encourager à me sentir libre dans mon style et me disait tout le temps de mettre ce que je voulais quand je le voulais. Même parfois, elle portait des trucs flashy et ça me réconfortait.

 

Comment je m’habille a aussi une influence générale sur ma journée : je m’habille en suivant mes humeurs ou pour les modifier. Par exemple, lorsque je suis fatiguée, je porte des vêtements plus structurés qui me rendent plus forte et réveillée.

 

 

Aujourd'hui, l'industrie de la mode est responsable de 10% de l'empreinte carbone du monde, ce qui en fait l'un des plus grands pollueurs. Quelle est ta vision de la mode durable ? Comment amènes-tu cette vision dans ta collection?

 

Malheureusement, avec mon travail, je n’ai pas le choix de me procurer beaucoup de vêtements. Mais, depuis deux ans, je n’achète plus aucun morceau provenant du fast fashion. J’essaie de consommer moins et j’accorde plus d’importance à la qualité. Ma garde-robe a rétréci de façon drastique, je porte toujours les mêmes pièces basiques et je les agence ensemble. Je réfléchis plus à l’entièreté de ma garde-robe qu’avant. Et je pense que la collection suit la même ligne directrice, toutes les pièces s’agencent facilement les unes aux autres. De plus, Frank And Oak porte beaucoup d’importance à la mode éthique et durable et c’est une avenue que je souhaite explorer davantage.

 

 

Comment veux-tu que les femmes se sentent lorsqu'elles portent les vêtements de ta collection ?

 

En concevant la collection, j’ai essayé de prendre en considération tous les types de corps. Je veux que les femmes décident d’elles-mêmes ce qu’elles veulent mettre en valeur. Plusieurs pièces peuvent être raccourcies ou allongées. Il y a un gros souci dans les grandeurs, je ne voulais pas que les femmes aient l’impression de porter plus grand que ce qu’elles portent véritablement. Rien n’est fait trop petit, et tout est ajustable avec des lacets. Je veux qu’elles puissent assumer leur féminité à leur façon.

 

Je pense qu’il y a beaucoup de pièces provenant de cette collection qui peuvent aussi être portés par des gars, comme l’anorak, les pantalons et les shorts.

 

 

 

 

 

Tu utilises ta voix pour soutenir des organismes locaux, comme Tel-Jeune, que signifie pour toi redonner à la communauté ?

 

C’est très important. S’il y a bien un avantage dans la vie d’être connue avec l’attention qui vient avec mon travail, c’est de pouvoir mettre en valeur certaines entreprises et organismes. Ça me donne le pouvoir de faire bouger les choses. Je n’ai pas la prétention de dire que je suis en train de changer le monde, mais j’essaie de prendre la parole à des moments spécifiques et pour des causes qui me tiennent à coeur afin de les mettre en lumière. Je fais attention aux organismes avec lesquels je m’associe, je m’assure que ça concorde avec mes valeurs pour que je puisse les supporter pleinement.

 

Je suis vraiment proche des jeunes à travers mes projets donc Tel-Jeune est une cause qui interpelle toutes mes valeurs. Les psychologues sont vraiment outillés pour guider les jeunes peu importe la nature de leurs problèmes.

 

 

Quelle est ta définition du succès?

 

Bonne question, (rires). Je pense que c’est nous qui définissons notre propre succès et c’est pas toujours lié à la performance. Avoir du succès dans la vie ça peut être de se rapprocher le plus possible de soi-même.

 

 

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes artistes et entrepreneurs ?

 

De ne pas attendre et de pas remettre ses projets à plus tard. De commencer maintenant, même s’ils n’ont pas de formation. De s'accrocher. Je pense qu’on a tendance à dire aux jeunes « quand on veut, on peut », et « à l'impossible nul n'est tenu ». Et j’y crois vraiment. Je pense que tout le monde est capable d’accomplir de grandes choses. Mais, il ne faut pas oublier de mettre les efforts nécessaires pour atteindre ses but. Il faut travailler fort et commencer toute suite.

 

 


Our purpose

Designed in Canada. Made for good living. We’re dedicated to providing you with purposefully designed products, made ethically and sustainably.